Archive | mai, 2015

Semaine du 18 au 24 Mai 2015

24 Mai

Lundi – abdos


Mardi – Yoga et abdos


Mercredi – Abdos


Jeudi – Running

6.86 km / 47 min

Sur la pause déjeuner. A la cool avec le soleil.


Samedi – Abdos


Dimanche – Abdos et running

https://igcdn-photos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xaf1/t51.2885-15/11282865_711097748994938_1944029944_n.jpg

5.51 km / 38 min

Je vais vous faire rêver : chaleur, gorge sèche, envie de vomir, frottement des cuisses…
Bref, j’ai essayé de faire ma SL… Au moins j’aurai essayé !
Et au moins j’ai profité de 6 km avec chéri-chéri qui reprend doucement.

Une semaine sans. La suivante ne pourra qu’être meilleure.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Ma bonne action

19 Mai

Aujourd’hui on ne parle pas de course à pied mais plutôt de ce qui l’interdit pendant 24h… Aujourd’hui est le jour idéal pour vous en parler puisque j’ai donné mon sang ce matin…

pickerimage

À l’occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang qui se déroule le 14 juin prochain, l’Etablissement français du sang souhaite sensibiliser le grand public au don de sang.
Pour cela, l’EFS vous permet de visualiser ses chiffres en temps réel (en cliquant sur l’image ci-dessous):

sang

114 malades soignés chaque heure soit près d’1 million de malades soignés par an

Je ne suis pas fan du tout des piqûres (et en y pensant, c’est débile ce que je viens d’écrire, personne n’aime les piqûres, sauf peut-être des infirmières sadiques) mais je trouve que c’est tellement simple de pouvoir le faire que ce serait trop bête de ne pas aider les blessés, malades et accidentés.
Je me dis toujours que s’il devait arriver quelque chose à un de mes proches, je serais bien contente de le voir pouvoir bénéficier du sang dont il a besoin.

Pendant plusieurs années je n’ai pas pu donner à cause de mon taux de globules rouges trop faible. Et aujourd’hui est mon premier don depuis 3 ans (taux à la limite mais acceptable quand même yessss). Et aujourd’hui, j’ai été sensibilisée au don de plasma.
Etant du groupe sanguin AB+, je suis donneuse universelle de plasma. Et là, le taux de globules rouges importe peu. Le plasma est la partie liquide du sang. Alors c’est décidé, cette année je prends rendez-vous pour mon premier don de plasma et ainsi peut-être sauver dans le futur mes parents, ma sœur, chéri-chéri, mes amis, ta tante, ton cousin… bref bref bref des gens qui parfois n’ont rien demandé et tiennent à leur vie.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur leur site: http://www.dondusang.net/

Semaine du 11 au 17 Mai 2015

17 Mai

Lundi – entrainement au club de running

https://igcdn-photos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xaf1/t51.2885-15/11246935_101401960196059_585032587_n.jpg

Échauffement – 2 km
Endurance active – 2km puis 600 m
Récupération – 500 m

19h, 28°, grand soleil.
Malgré la chaleur je suis prête à en découdre et à me dépenser.
Petit papotage avant de commencer. Je réalise que ça me fait vraiment plaisir de retrouver les membres du club.
On part pour 2 km d’échauffement à 6’30/km environ. Il fait chaud je tiens bon malgré tout.
Ensuite, c’est parti pour 2 km à vitesse rapide. Nous sommes 3 mais l’une d’entre nous court plus vite alors elle nous lâchera avant les 2 km. Je la comprends, elle a bien raison ! Avec ma copine du coup, on double un peu quelque groupe. Puis on se cale juste derrière le groupe en tête. Au bout d’un kilomètre, ils commencent à ralentir. J’ai pas envie de ralentir donc hop hop on double. J’ai vraiment envie de me dépenser ce soir. On tourne aux environ de 5’50/km sur les 2 km.
Bien contente de marcher et boire un peu au bout des 2 km. Chaleur, gorge sèche, on repart pour 600 mètres tranquilles puis 600 mètres rapides (à une moyenne de 5’25/km).
Le coach écourte l’entrainement à cause de chaleur et termine par la récupération du coup.
Les abdos en fin de séance me donnent toujours du fil à retorde mais c’est trop chouette de les faire en plein air et dans une bonne ambiance !

Mardi – Yoga

Chien tête en haut, chien tête en bas, posture du guerrier (posture d’équilibre avec jambe en arrière), posture gainage latéral entre autres.

 Vendredi – running

https://igcdn-photos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xaf1/t51.2885-15/11280483_348966888636515_394505085_n.jpg

5.73 km / 36 min

Un run à deux. Chéri-chéri essaie de recourir sur conseil de kiné chez qui il fait la douloureuse expérience des ondes de choc.
L’occasion pour moi de pousser la machine et faire autre chose que de l’endurance fondamentale. Et j’ai envie de dire que tout va bien ! J’ai l’impression de voler à chaque foulée ! Plus ça va et plus j’accélère.
Chér-chéri a légèrement mal au genou alors il rentre au bout de 3 km. J’avoue qu’à ce moment-là, il est hors de question pou moi de m’arrêter. Surtout que je me sens trop bien ! Donc je décide de refaire un tour seule. La sensation de voler avec mes baskets est toujours là et c’est vraiment trop agréable.

Dimanche – running

https://igcdn-photos-f-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xaf1/t51.2885-15/11273005_1578302555769637_352184499_n.jpg

13 km / 1h34

Reprise des sorties longues à allure de tortue. Et fallait pas trop m’en demander!
Le parcours des 5 km jusqu’au parc me paraît un peu long.
Une fois dans le parc je suis une femme et ça me booste. J’en profite pour courir sur la terre et quitter le bitume pour 3 km.
Je fais demi-tour au bout de 6.5 km.
A la sortie du parc, il ne me reste plus que 5 km. Je croise un chien avec qui je fais la course. Il est seul et il m’attend. Il avance puis s’arrête pour que je le rattrape et hop on est reparti. C’est sympa aussi de se trouver un compagnon de course en route !
L’eau m’a manqué pendant cette sortie… A ne pas réitérer !

La bonne nouvelle c’est que la douleur semble définitivement partie !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Semaine du 4 au 10 Mai 2015

11 Mai

Lundi – entrainement au club de running

Echauffement – 2.6 km
Endurance active – file indienne 4 * 600 m
Récupération – 300 m

Bien motivée pour ce retour au club. Niveau météo il fait lourd, un ciel gris et beaucoup de vent. 5 semaines que je n’ai pas mis les pied au club. 5 semaines que je n’ai pas fait d’exercices de vitesse.

La séance commence « fort » avec 2.6 km d’échauffement. Alors qu’avant mon arrêt on en faisait 1.9 km. Oui oui ça change. Je sens que j’ai les jambes un peu lourdes puisque j’ai l’impression de réveiller mes mollets d’une longue sieste. Je suis mes copines durant tout l’échauffement qui se fait un peu rapidement selon moi (6’30/km). On est pas censé y aller mollo à l’échauffement? Au bout des 2,6 km je suis essoufflée mais les copines aussi. J’ai l’impression de ne pas être si nulle que ça tout compte fait.

Ensuite, par groupe de 4 (ça tombe bien est 4 copines justement), on se lance pour l’exercice de la file indienne. En file indienne donc, la dernière doit rattraper la première et ainsi de suite sur 4 fois 600 m. Le 1er tour n’est pas facile. J’essaie de trouver mon souffle. Et j’ai peur pour la suite… Le coach nous donne la consigne de marcher entre chaque tour. Et au fil du temps, j’arrive à trouver mon souffle. L’effort est plus facile. Et j’arrive à faire de belles accélérations. Au bout des 4 tours je suis contente de moi et j’ai la sensation que j’aurai pu refaire un tour.

La séance d’abdos par contre a été moins bien vécue haha ! Purée que c’est dur de reprendre. J’avais l’impression qu’elle ne s’arrêterait jamais. En revanche, je ne sais pas si vous le savez mais on s’entraîne dehors, les abdos en plein parc, sous le ciel gris avec un vent très fort, ça peut être mal vécu et pourtant j’ai adoré !!!! A plusieurs reprises, entre 2 séries d’abdos, je restais allongé sur mon tapis de sol, tout le monde respectant le silence, et j’avais tout le loisir de contempler le ciel gris et ses nuages protégé du vent avec ma veste. J’avais l’impression d’être seule au monde et libre. Ça peut paraître bête. Et pourtant ça m’a fait me sentir bien pendant quelques secondes.

Mardi – Yoga

Flexion avant, postures du héro, salutation au soleil, posture du guerrier.
J’aime vraiment de plus en plus !

Samedi – Electro Dash

5 km en un temps record… de 46 min (oui oui tu as bien lu). C’est ironique bien entendu…

Je vous raconterai sûrement bientôt cette course.

Bilan Avril 2015

7 Mai

avril 2015

Je ne pouvais pas passer à côté du bilan du mois d’avril… mois de mon premier semi-marathon (quoi ? Comment ça encore lui ?!) !!!
Un semi et un mois d’avril où j’ai tout de même couru malgré des douleurs à côté du tibia droit. Oui, le mois dernier je vous laissais sur des douleurs ressenties au bout de 2 km de course environ. Des douleurs qui m’ont donné du fil à retordre pendant tout le mois (« une chanson populaire » de Claude François, tu connais ?).

On peut tout de même dire que l’entorse est belle et bien derrière moi. Enfin j’espère hein puisqu’on sait qu’une entorse peut revenir faire un coucou bien longtemps après sa disparition, la canaille (oui je reste polie).

Le niveau d’avant entorse est revenu malgré l’absence de travail de vitesse. Et oui pas de fractionnés de tout le mois d’avril (haaaaaaan) ! Et de petites séances pour essayer d’écarter la douleur… Résultat, 58 km (tout rond, tout pile, trop balaise ouai) contre 100 km le mois dernier… Ahem
Et je dois te faire un aveu, je ne suis pas allée au club de running de tout le mois !

4 cours de yoga
58 km courus en 8 séances de running

Et c’est tout !

avril 2015 b

Plus de natation à cause de ma douleur tibiale. Comme j’avais des crampes à chaque fois que j’allais à la piscine, j’ai préféré ranger mon maillot de bain le temps que la douleur disparaisse.

A noter une unique séance de NTC qui m’a laissé dans un état de courbatures intenses. Preuve de mon assiduité pour le renforcement musculaire.

Alors les douleurs ont l’air de me laisser tranquille ces temps-ci.
J’ai moins de stress quant à mes entraînements puisque la pression des courses passées est redescendue.
Je reprends le chemin des entrainement au club et des fractionnés, motivée, confiante et heureuse.

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 km de Balma 2015

4 Mai

url

Samedi matin, réveillage à 7h, petit-dej’ 3h avant la course, et hop j’enfile ma tenue soigneusement préparée la veille. 8h45, chéri-chéri et moi-même décollons de la maison, direction Balma à côté de Toulouse (seulement 10 petites minutes de voiture).

Le stress commence à se manifester gentiment. Arrivée au stade (où a lieu l’arrivée), j’échange quelques messages avec Franck pour savoir où il est. Hum… Mais qui est-ce donc que ce Franck ? Franck, c’est mon grand gourou, virtuel jusqu’à présent. Membre de la runno-blogo-sphère (il court mais pas que…), il est très actif sur les réseaux sociaux et habite pas très loin de Toulouse. Vous vous demandez sûrement pourquoi je le qualifie de « grand gourou ». J’y viens. Il est à la tête de la #TeamDeglingo sur Twitter et Instagram. Kézako ? C’est juste un ensemble de Twittos (ndlr : twittos désigne une personne qui utilise le réseau social Twitter – j’explique pour ma maman qui me lit mais ne connaît pas grand-chose à Twitter… Coucou maman !) qui essaie de se motiver mutuellement pour faire du sport via les réseaux justement. C’est donc mon gourou qui m’a proposé de participer à cette course. Objectifs : faire péter nos records personnels et voir qui se cache derrière un pseudo.

https://igcdn-photos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xaf1/t51.2885-15/11193186_557953984343067_1647908030_n.jpg

Au moment où je me dirige vers la salle polyvalente, où je dois récupérer mon T-shirt, je m’aperçois que j’ai oublié ma puce pour le chrono. Avouez que pour une course chronométrée, c’est assez embêtant. Du coup, comme j’ai un chéri-chéri adorable (et qu’il n’a pas trop le choix), ni une ni deux, il me laisse sur place en emportant mon sac de sport pour rentrer à la maison récupérer la cause de cet événement grandement stressant !!! Je me retrouve donc seule avec mon dossard et aucune moyen de joindre personne. Ok, il est 9h15, je récupère mon T-shirt, je croise une copine virtuelle d’Instagram (une autre rencontre IRL – IRL= In Real Life, je le précise, on sait jamais ;)) et je file à l’entrée du stade faire le pied de grue pour récupérer ma puce. 9h45 (je passe le détail des longues minutes passées à scruter la rue et le temps qui passe), chéri-chéri me donne ma puce et je peux enfin me diriger vers le départ. Je ne sais pas où c’est d’ailleurs mais comme souvent, y a qu’à suivre les coureurs !

Je trottine jusqu’au sas de départ; histoire de dire que j’ai trottiné quoi. Et je me place dans la foule de coureurs. Là, je t’avoue qu’à ce moment précis, je me sens seule. J’essaie de repérer le gourou dans cette foule mais sans succès. Et puis je sens qu’on me tape dans le dos. Caroline de mon club de running prend le départ également de ces 10 km. C’est une flèche cette fille ! Elle est sous les 50 min donc on parle d’un autre niveau là ! Elle m’impressionne beaucoup moi avec mon petit sub 1h dans le viseur. Petit stress d’avant course et PAN ! C’est parti ! On se souhaite bonne chance et je la laisse filer.

10 k balma parcours

Je me cale à 5’50 sur (conseil de chéri-chéri). Oui, parce qu’on a essayé d’établir une stratégie de course. « Tu pars à 5’50/km et si tu tiens pas au bout de 5 km tu ralentis et tu te mets aux alentours de 6’00 comme ça, ça te laisse une petite marge ». Soit. Tentons-le. Faut bien si je veux faire moins d’une heure. Je suis lancée sur la ligne droite parmi plein de coureurs. Je me fais doubler mais pour une fois je ne me sens pas nulle avec mon allure. J’ai le sourire, je me sens bien et je suis contente d’être là. L’avantage (et le seul je dirais) des lignes droites c’est que je peux admirer le flux de coureurs de toutes les couleurs (leurs T-shirts hein…) et là je réalise qu’on est quand même nombreux sur cette course ! (Près de 1000 personnes). A peine quelques minutes après le départ, on me tape (encore ?! Je commence à me demander si on ne m’aurait pas mis un mot qui dit « frappez-moi » ?) dans le dos. Cette fois, c’est grand gourou, la classe internationale avec ses lunettes de soleil, qui me fait un grand sourire et qui me donne rdv à l’arrivée. Et zouh il disparaît dans la foule de coureurs devant moi.

Premier km, tout va bien. Deuxième je commence à avoir chaud. On croise les coureurs dans l’autre sens, ce qui veut dire qu’eux ont déjà fait demi-tour. Ils passent de l’autre côté d’une bande qui délimite le sens de la course. J’aperçois le gourou, archi concentré sur sa course. Au bout du 2ème km environ, le demi-tour est raide. On fait demi-tour sur la même route. Non mais je sais pas si t’imagines bien… Pas de demi-tour dans un gentil virage ni dans un rond-point. Un demi-tour sec autour d’un plot en gros. Boudu…J’essaie de le prendre un peu large mais pas trop et je relance la machine comme je peux.

Je commence à avoir un peu chaud alors qu’il commence à pleuvioter doucement. Et je m’accroche pour tenir l’allure. Pas facile facile. Je passe à 6’00/km entre le km 2 et 3 et encore jusqu’à 6’15 en moyenne pour arriver à la moitié du parcours. Mais avant le 5ème j’aperçois chéri-chéri sous son petit parapluie qui m’encourage et me dit de surtout ne pas lâcher ! Pourtant, j’ai chaud, la gorge très sèche et je toussote un peu. Je commence à guetter ce put*** de ravito qui tarde à venir. En réalité, je l’attends presque depuis le km 4 et il arrive quelques centaines de mètres après le 5ème. Alléluia ! Je m’arrête boire. Je check ma montre 30min 14 s pour le 5ème km. Je suis dans les temps mais je dois pas relâcher voir accélérer même ! Ahem… Ouai ouai je peux le faire allez !

Pendant que je recroise les autres coureurs dans l’autre sens, à la vue de leur grimace, je me dis qu’on est tarés en fait. Cette distance est vraiment faite pour qu’on se fasse mal. Qu’on se pousse à bout. C’est plutôt agréable de croiser les coureurs dans l’autre sens car je vois qu’on est tous dans la même galère !

Je sais pas pourquoi j’ai l’impression que cette course est pleine de faux-plats. J’ai les jambes qui commencent à piquer. Le souffle est plutôt bon comparé à ce que j’imaginais. Et je commence à me dire que j’ai vraiment du mal à courir avec des manchons. Je finis toujours par ressentir à un moment ou un autre l’impression d’avoir les jambes coupées. Et du coup, malgré la volonté, le corps ne veut pas accélérer. La vitesse dégringole même progressivement. Là, non seulement je dis au revoir à mon objectif mais je me dis qu’en plus je risque de faire mon pire chrono sur 10 km…

Et puis on passe le 7ème km. Cette fois, on fait demi-tour à un rond-point. Je me fais doubler par des femmes. De tout âge. Faut pas déconner, je suis pas plus nulle qu’une autre, faut que je me bouge ! J’arrive à rebooster ma vitesse… sur 1 km. Je dépasse un jeune homme qui s’arrête à de nombreuses reprises et qui se fait enguirlander comme c’est pas permis par un homme qui l’accompagne. Je suis assez attristée en voyant les spectateurs assez ahuris assister à ce spectacle. Je veux bien qu’on encourage quelqu’un à aller jusqu’au bout et à ne pas baisser les bras. Mais il y a des manières de le faire… Je les double et prie pour que le jeune homme ne se prenne pas une réflexion de plus… (ben oui tu rends compte il se fait doubler par une femme… on sait jamais chez certain c’est mal vu… Bref.)

Je cours en essayant de ne pas trop faire attention à ma montre.

Au bout de 8 km j’en peux plus. J’ai mal aux jambes. Il reste 2 km. Je lutte pour continuer. Je pense à ceux qui m’attendent à l’arrivée.

Au 9ème km, un petit ravito youpi je bois ½ verre d’eau en m’arrêtant à peine. Et là, je me dis qu’il ne reste plus qu’un kilomètre. Donc, ma cocotte, il te reste presque rien. Donc tu accélères, un point c’est tout ! J’arrive à revenir aux alentours de 6’00/km. On passe le sas de départ je sais donc que l’arrivée est tout proche ! Y a plein de supporters et je regarde à tout hasard si je reconnais des visages. J’accélère encore. J’aperçois chéri-chéri qui m’encourage malgré le chrono. J’arrive sur la piste du stade. Il est 1h02 à ma montre.

Là je me dis « ok GO pour le 1h03 mais dépêche-toi bordel ! »

J’accélère encore ! Dernier virage avant la dernière petite ligne droite. A l’approche de l’arrivée j’aperçois mon gourou qui film mon arrivée. La classe ! Je lui fais coucou et fonce pour passer l’arche d’arrivée à toute vitesse (ce qui veut dire chez moi environ 12 km/h).

10 balma

J’arrête ma montre et suis rejointe par mon gourou. Et là surprise : 1h02’53 à ma montre. Youpi ! Oui je suis quand même contente finalement parce que même si j’ai pas fait moins d’une heure j’ai tout de même battu mon record de 2 min et il me reste 3 petites minutes à grappiller pour arriver à mon objectif.

Et vu le peu de prépa que j’ai fait (pas de fractionnés ni de travail de vitesse depuis 5 bonnes semaines, entorse en février et contracture en mars/avril) je reste optimiste !

https://igcdn-photos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xap1/t51.2885-15/11205667_478701615615618_482560708_n.jpg

A l’arrivée, je rends ma puce et on me remet une boîte en carton. Assez intriguée, je découvre qu’elle contient des gâteaux diététiques, du lait chocolatée auto-chauffant et une compote.

Affichage de IMG_0384.JPG en cours...

Quoi ? Comment ça il manque la compote dans la boite? Je ne vois pas de quoi tu veux dire…

On discute le temps d’être rejoints par chéri-chéri. On s’était donné rdv non pas dans 10 ans mais au ravitaillement. Manque de bol je ne l’ai jamais trouvé. Je suppose que ces box jouent le rôle de ravito final. On immortalise la rencontre :

https://igcdn-photos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xfp1/t51.2885-15/10354285_906827046040628_199105628_n.jpg

Oups, je me rends compte que je ne sais pas faire de compte-rendu bref, vous m’en voyez désolée (qui ça? Ok, je sors…)

Comme d’habitude je suis particulièrement moche sur les photos, donc je te ferais grâce de ma tête de loutre déconfite. Mais en cadeau, puisque je suis sympa, voici la vidéo de mon arrivée en exclusivité sur w@spTV :

Oui oui… La fille qui fait le salut de miss France sur une piste d’athlé c’est moi… Et oui, je suis aussi pour la paix dans le monde.

Une triste nouvelle est venue ternir cette journée avec le décès d’un membre de mon club à seulement 30 ans… Je pense fort à sa famille et ses amis. La vie est toujours là pour te rappeler qu’elle ne tient qu’à un fil.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Semaine du 27 Avril au 03 Mai 2015

3 Mai

Lundi – running

3 km / 21 min

Run râté. Les terribles courbatures sont encore là. Et courir avec n’était pas une très bonne idée. J’ai voulu me rassurer par rapport à mon tibia en vue des 10 km du 1er mai.
Mais mes cuisses me brûleront pendant les 3 km. Au bout de 20 min, j’ai tellement mal partout que je préfère en rester là. Et c’est décidé ce sera repos jusqu’aux 10 km de Balma.

Mardi – Yoga

Vendredi – 10 km de Balma

https://igcdn-photos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xtp1/t51.2885-15/11193079_1571743539764940_1782569115_n.jpg

Record Personnel à la clé. Compte-rendu bientôt…

Rendez-vous sur Hellocoton !

%d blogueurs aiment cette page :